Thursday, August 05, 2010

Saturday, February 16, 2008

Tristesseville

L’atmosphère de lacrymogène
Se fait produire les larmes
Souvent synthétiques
Parfois naturelles
Dont la mère ne savait rien
Sauf que les codages secrets
Des enzymes provocantes
Les quelles se font pleurer
De la peur
De la haine
De la souffrance
De la vengeance
Contre le « Soi »


La tristesse d’amour
Se fait le seul témoin
Déguisée en « temps »
Aux collines provisoires
Souvent du sable
Parfois des vagues


Suivi des maladies
De la pauvreté
De la richesse
De la menace
Vêtues en « destins »
Souvent en formes
Parfois amorphes


Les ténèbres des ruelles
Humides de pestilence
Eclosent le dégoût
De la folie brutale
De la déception
Des mensonges
Dont les mères se font
L’ombre de désespérance
Derrier le passé
A côté du présent et
Devant l’avenir…


Tuesday, December 04, 2007

Discours d'être...

Artwork by Samit Roy (samitonline.net)


Le cycle du temps coule, ainsi la vie. Les sous-produits de nos discours sur l’espace de nos âges. Depuis que le temps existait, nous avions eu le temps. A quoi s’agit de ce rayon d’esprit, manifestant cette nouvelle dimension ? Est-ce c’est la sagesse ou d’être sage ?

Dans l’époque du discours de la nature, les instincts biologiques menaient les règles de la vie, ensuite, le discours de la religion s’est apparu régnant sur les instincts. Le discours scientifique gardait la lumière de la curiosité, questionnant la religion…

A-t-on dans l’attente du prochain discours ? Est-ce que c’est déjà l’heure pour la prochaine ouverture de la mentale à embrasser le discours du média ?

Quel immense pouvoir possède-t-il, qu’il soit capable de ranger les réponses de la religion ainsi que de sciences !

Notre monde n’existe que dans les documents en forme des données, ensuite aux informations. Notre nouveau discours se prendra la place entre les données et les informations, tenant les guidons de la technologie - la vérité tangible d’aujourd’hui …

Mon vérité, souhaite-moi l’intelligence, la simplicité et la fortitude de l’âme, pour que je puisse t’atteindre en ton amour universel.

Wednesday, March 07, 2007

La danse du son ...



Ecoute le son des petites clochettes
des chaînes de cheville, sans enlevant la feuille…

Toi, en pleine nuit blanche, ma rossignol
Quelle raison t’amène à revenir vers l’ombre de la voile
étendrant la feuille devant la porte des yeux somnolents
sonnant des petites clochettes soûles
de chaînes de cheville ?

Efface les mémoires des septembres
de dernières incarnations
Ne monte jamais au sommet du dôme
tenant la bougie en main
Ne me raconte jamais la conte
de la vielle morte à nouveau
... me réveillant de l'état
du sommeil cosmique...


Saturday, March 03, 2007

Souffrances Extrêmes-inférnales… Insupportables


Sur les collines de nos chants au bout de souffle
je ne voulais que te passer TEDVAC*

Ton prénom.. aussi doux que les terres
où les vignes de concombres
brillent aujourd'hui en lumière
créant la ruelle étroite.. tordue
afin de faire passer les chariots de provisions
chargés de mêlasse et du tabac

A coté du étang, au dessous des remparts
De la vielle forteresse une séance
De pique-nique se groupe
Quelqu’un cherche les crabes
tenant une cigarette allumée aux lèvres
A partir des camps, les chiens paraissent dans le noir
En milliers… tous réclamant « TEDVAC »

Tu connaissais tout .. l’amour, aussi doux que ton prénom
Tu en comprends bien, tout cela qui concerne
Mes souffrances extrêmes-inférnales… insupportables !



* médicament intraveineux utilisé pour traiter les morsures des chiens enragés

La lumière invisible ...



L'enfant passant
tient la lumière
en main

Je lui demande
« où tu l'as acheté ? »

Il me répond
en l'éteindrant
« Savez-vous où est-elle disparue ? »